• Tempus fugit


    Prends ta chance maintenant, rejette l'abcès, trompe l'absence des jours sans fin, des fins de jours sans vie, ni amour. Gomme le passé au jour le jour, les cents tons frétillent au fond du bassin et tes messages sans mots dire, deviennent plus signifiants pour les foules inconnues, jamais vues, ni lues croisées à l'ombre des palmiers. L'artiste tisse, en autiste, des fresques titanesques au détour des toiles décolorées par le temps, par la pluie. Des tumeurs comme des bourgeons naissent sur ta peau, au printemps fané. Lit vide, lumière pale, sans un bruit dégarnie, paupières lourdes, gestes usés. L'air change et ravage mes années. Encore un peu de temps et renaître m'apportera un quart de vie. Serais-ce trop demandé de la vivre en entier ? Le vide sans fond, sans face, s'empile dans tes songes ou je m'enlace de cœur dans une coupe franche.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :