• Temps d'âge . . .


    Les dommages sont commis, j'essaie néanmoins de te reveiller et de nourrir mes dernières pensées avant de disparaître entre les sons de pianos perdus entre des larmes d'ivoire sur des noirceurs d'ébène à l'or dur. Au détriment de toute attente, le temps de répété le mot au revoir, en boucle, s'enivre de douceurs. Les sommets tournent autour de moi et se montrent hors d'atteinte. Tu tombes en cascade dans mes bras aux veines vides. A travers des chemins de destruction les victimes en feu investissent dans leurs âmes sans gêne et sans scrupule. Plusieurs combats ternissent les soleils luisant d'un des astres scintillant. Aide moi à retourner en enfer, la température ici refroidie mon agonie.

  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Février 2006 à 18:01
    Visite journaliere
    tes mots me chantent toujours comme ton écriture desarticulée j'adore amitiés
    2
    Mercredi 22 Février 2006 à 10:32
    Un gros souvenir qu'évoque ton texte
    je ne peux te retenir plus longtemps. Mais, ne dit on pas que l’être humain est égoïste, qu’il préfère capturer l’âme à son bon vouloir, au lieu de la laissé se reposé, pourtant la vie sans toi, ne signifie rien, elle à un goût maussade, dans mes veines coule ce passé amer, qui ne cesse de t’échapper, et tes rêves ton sourires encrer dans ma tête me font tourbillonner, je n’en peux plus, j’étouffe de toute cette mélancolie, envie de te dire Adieu, mais ce mot est trop fort, et je n’ai pas envie de faire un effort……... Mille excuses, ton texte m'a fait penser à une personne, et je me suis lachée, merci encore pour tes mots qui sont superbes. Bises, et tendre pensée
    3
    Mercredi 22 Février 2006 à 10:43
    bonjour
    tres beau texte en effet, et bien beau commentaire personnel de Souvenir. Dur moment a passer pour certain, certaines ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :