• Syllabes en Charybde

     

    Et ce vrai regard vibrant fixé sur moi
    Laisse mes pensées déliées en marge de l 'inconnu
    Une ombre voile l'iris de tes yeux froids
    Où se déroule le film de nos vœux crues

    Nourrit par la haine et le sang de nos liens
    Nous songeons à l'horreur des lendemains
    Où peut-être alors il n'y aura plus rien
    A cacher dans l'antre de nos mains

    Et pourtant à la fin nous pensons encore
    Pouvoir construire dans cette lueur
    Une semblant de belle avenir tout en or
    A ceux qui bientôt hériterons de nos peurs

    Les syllabes de nos maux se détachent
    Et errent en boucle à l'intérieur de nos têtes
    Dans des journées au fond, sans relâche
    Souvent bien trop remplies par nos quêtes

    De pensées noires forgées de nos illusions
    Au reste du passage de nos courtes vies
    Pour un peu nez collé nous passerions
    A dessiner dans l'écran aux limites infinies.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 18 Décembre 2008 à 20:48
    Dense
    comme tout ce texte, une belle expression
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :