• Sauvage rie.

    Sauvage rie.

    L'ordalie des ventres mous dans ces fanges exiguës déhanche les foudroyants palmipèdes au coeur large ensanglanté. Libre, le serons-nous un jour d'afficher nos fidèles idées au delà du coin de nos pensées ?
    Observées par des sondes au pointes dégoulinantes d'un liquide inséminé par des monstres ventrus ?
    L'aube des ténèbres aux noirceurs putrides déchaîne encore quelques rongeurs aux dents aigues. De basses oeuvres sont complotés dans des fonds abyssaux. Rejoins par les noyers, le pourfendeur des joies ancestrales fulmine en caressant d'un air sombre et narquois la pelure qui lui sert de page. Ce jeune éphèbe écervelé glapit ses certitudes en convoitant des licornes lointaines.
    En semant la terreur au delà des cauchemars les non-dits s'étoffent de gestes incompréhensibles et d'implicite déversé dans les conversations banales et futiles.

    L'agonie des fans en fin de cycle écume les joies des héros mal dans leur peau.

    Texte©Dhimwoe (Photo©L.C.)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :