• Sans taire

    Tous ces moments couleront le long de mes joues

    En filigrane apparaitront quelques lettres aujourd'hui mortes

    Les écrits restent à lire avant de devenir loup

    Pour partir sur de nouvelles routes rejoindre les cohortes

     

    Le long de mon corps au rythme des gouttes de pluie

    S'égrainent lentement ces images sources de mes peurs

    Un ordre des choses donne naissance à de nouveaux fruits

    Derrière sombrent dans les ténèbres des sortes de tumeurs

     

    Chacune de ces perles transparentes bouchaient l'entrée de mes pores

    Le refroidissement de mon sang avance jusqu'à ce que cessent les paroles

    Elles m'étaient devenues étrangères à force de voir le silence comme or

    J'ai eu de mal au début à reconnaitre leur sens dans ma geôle

     

    Toute chaleur qu'elles pouvaient m'apporter je la prenais

    Je le faisais pour partager ces éclats de soleil

    Venus de pays où il ne pleut pas pour les fées

    Où s'envolent mes nuits en plein sommeil

     

    Attaché à mes cordes sensibles je descends d'un nuage

    Pour assister au ravage où s'arc-boutent des hommes en sang

    Courbés sur leurs tâches ancestrales enfermés dans leur cage

    Ils avancent sous la neige et ce voient recouvert d'un manteau blanc.

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Août 2009 à 14:40
    Je n'avais pas idée...
    après toutes ces années... Je t'embrasse Fabrice. Chris
    2
    Lundi 31 Août 2009 à 07:39
    Suite
    Pareillement :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :