• Riche de ne pas l' êttre

     

    Vide affectif aux pieds des notes en pente
    La fin s'efface dans un champs de fiction
    En anthracite dans l'espace d'Aïon
    Caché sous un océan de neige ardente

    Là l'une des étoiles brille en son fort intérieur
    Dédiée aux racines éminentes de pleurs
    Serait venue d'une autre lieu la pluie avant l'heure
    Bien connu des sons retrouvés dans le choeur

    Muet à la fin pour avoir saigné dans la douleur
    Jamais venu ce moment de fausse ou réelle candeur
    Adopté par l'ensemble des êtres de la demeure
    Couverte par endroits après explosion des odeurs

    Tellement connues et cependant vivifiantes
    Elles atteignent notre psychisme à la perfection
    Le mouvement se poursuit arrivé à l'intersection
    De nos parcours de vie où règne l'entente.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :