• Parmi les ombres

     

    Fin grain de poussière

    Je t’attrape coûte que coûte

    Envolé par un champs de lumière

    Tu psalmodies trois mots dans le doute

    Traverse les décors de la route

    Ressort et arrive à la rivière

     

    Les galets lisses se peignent en rouge

    Dans les chemins carmin de veine

    Le lierre sauvage sous la bise bouge

    Les feuilles dispersées recouvrent ta peine

     

    Les effluves du temps amènent un nouveau vent

    Les crèves cœurs tourmentent les paysages

    Les contours humides fondent sous les dents

    Catastrophe runique dégorge les fraises sauvages

    Ecroule-toi aux son des flûtes de paon

    Ferme tes lèvres, trêve de bavard’ âge.

     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 11 Mai 2006 à 12:48
    Il y a
    la lumière... Bonjour Dhim :-)
    2
    Véro/souvenir
    Jeudi 18 Mai 2006 à 10:35
    sublime
    sans voix
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :