• Mort de n'avoir pas pu te rencontrer


    En ces pétales exhumés du fond teinté de bleu sauvage
    Où s'arrachent les grilles sous nos ongles en feuillage
    A mon âme rappelée sous tes obstinations
    Parmi ces feuilles raturées où chutent mes illusions

    Je comte encore au creux de ma prison
    Des histoires inhumaines scandées par des félons
    Grondant tel l'orage avant l'arrivée des éclaires
    Dans ces fils étincelants je t'imagine amer

    Au bouton d'une fleur cueillie au hasard des près
    A porter à mes lèvres roses à jamais refermées
    Sur des secrets exploits éveillés par tes mots
    Ceux-là mêmes ponctués de nos rires infernaux

    Nécessaires pour clamer en ce triste désert de regards perdus
    Vident de sens profond de larmes et d'écumes mus
    En de nostalgiques refrain maintes fois entendus
    Dans ces radios anciennes que tu n'écoutes plus.

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 1er Janvier 2011 à 08:27
    bonjour Dhimwoe
    merci de tout mon coeur pour ton gentil passage, ça me fait très plaisir, tu fais de jolis poésies, c'est bien chez toi, je repasserais sans problème, une douce et merveilleuse année remplie de bonheur et que tout tes souhaits soient exaucés, très bon jour de l'An nouveau, bisous tout doux
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :