• Morsure faite

     

    Dans la fin du jour latent tout s'efface
    Au sombre vombrissement des moteurs
    Recul les hommes pleutres au coeur de glace
    Reconnus drapés au  milieu de leur peur

    Bouche endormie où nait une forme de rire
    Quand à l'horizon s'annoncent à nouveau aux abois
    Des cauchemars où résonne ta voix pour tout dire
    Et ouvre les veines pour mieux donner de soi

    Défier le monde seul de ses griffes
    Pour découper chaque mirages comme une page
    Couvertes des deux côtés de mots sortis à vif
    Au moment où brille dans sa nuit la rage

    Ecrite un soir sur une feuille tombée morte
    Sur une verrière où un croissant de lune luit
    Le morceau de nuit nous a réuni de la sorte
    A ouvert nos yeux sur la côte de nos vies.
     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :