• Les monstres en soi

     

    Je creuse délicatement de mes doigts
    La vase amassée là sur le bord de la grève
    Au fond parfois sont enfouis des fragments d'histoire brêves
    En filigrane elles vivent tout au fond de moi :



    En période de marais remontent par les courants
    Des lointaines côtes, des algues fines
    Au rouge carmin profond venues des mers salines
    Dégoulinent de leur tige un étrange et épais sang

    Les légendes racontent qu'elle proviennent d'endroits mystérieux
    Enfermés tout au fond des océans les plus méconnus
    Les ragots laissent trainer entre les lignes tu
    Quelques incertitudes quant à l'origine de ces lieux

    Des eaux brûlent encore en leur surface
    Des souffrances en provenance des abîmes
    Jamais atteintes par les cauchemars le plus intimes
    Des navigateurs au bord du précipice et les langues se lassent

    Des marins imprudents reviennent à moitié estropiés
    Ils nagent en des endroits piégés par les démons de ma nuit
    Des jours entiers passés sur le pont à écouter le bruit
    des vagues, lorsque la pluie se calme loin des glaciers.



    J'affronte mille fois ces serpents au nom oubliés
    Parle aux miens de l'ensemble de leurs desseins d'aliénés
    Relativité partielle d'une existence passée à les recherchées
    Pour croire en quelque chose capable de me rassurer

    Apporter un sens à une route à sens unique
    Dont l'issue vue d'ici semble des plus tragique.

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Février 2008 à 19:22
    désolé
    même pas envie de prendre un bain de pied dans cette eau demoniaque, heureuse de te relire, bise dhimwoe
    2
    Mardi 26 Février 2008 à 17:52
    Hello
    Je passe depuis mon monde vers le tient ou ton univers prose l'envie d'ecrire...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :