• Le long des mots




    Sous les solstices nacrés des zones ensoleillées s'échappent parfois des barques, juste avant les îles. Des secrets méconnus parcourent ainsi les flots et le bord des rives.
    Quand le sable à quitté le sablier, les astres fait le tour de la lune en quartier, avant le dernier regard porté sur les cocotiers, sur le bord du quai, les parchemins exhumés passent de ma main à la sienne et tout au long de la chaîne sont lu et disparaissent pour devenir des bruits, des histoires, sans rien ni personne pour les confirmer. L'art des mots voyageurs se cultive depuis très longtemps. Personne n'arrive à remonter le cours et à savoir le faux du vrai. Les yeux s'écarquillent, les mains tremblent. Les rumeurs suivent pas à pas les pensées. Les quidams aux aguets brodent leurs représentations, changent la vision des choses sans rejoindre le rivage ombragé d'où elles ont été élaborées et coulent entre nos doigts sans savoir ou se posent l'aveu.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :