• La face crachée

     

    Devant les débordements le son resiste en stéréo
    Entendre le cris à coeur ouvert au moment de la fonte
    Ancrer ces mots dans ses chaines au bout du compte
    Pour se rassurer entre enclume et marteau

    Les formes vagues prennent appui sur nos esprits hantés
    Ile déformée par mes rêves en transit
    L'orage apparait dans un ciel de pluie
    L'hivers renait dans une fin de vie figée

    Enfermé dans des pièces vides à devenir blème
    Le pouvoir du non  se brise contre les murs de Rome
    Aucune note à cette heure traverse les hommes
    Encordés par frilosité, par peur de se perdre soi même

    Les mains deviennent insuffisantes pour relier les valeurs mises à nue
    Les pôles fondent de désarroi dans un concert de dénis
    Les boucliers se lèvent et servent de miroir, nous défis
    Chacun à son tour se voit et change de statut.

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Février 2008 à 17:55
    Beau texte oui
    Mais pourquoi ce "s" à hiver ?
    2
    Vendredi 8 Février 2008 à 17:55
    Beau texte oui
    Mais pourquoi ce "s" à hiver ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :