• L'art c'est vie


    Sur les rives figées de la mort désincarnée
    Vocifèrent en cœur des formes enchainnées là
    Dans leurs modestes conditions elles écument l'au-delà
    Le front couvert de sueur le regard vitreux déréglé

    Conditionnées tout d'un bloc privé d'eau
    Les yeux perdus cherchent un nouvel horizon
    Larmes séchées sur des faces aux traits profonds
    L'univers entier c'est arrêté là-haut

    Pour un peu j'y retournerai mains liées
    Entendre des histoires sur tout ce monde
    Voir les visages heureux en un laps de secondes
    Trouver une image en relief sur mon lit défait

    L'art sévit par besoins et non nécéssité
    Sorti de l'être par des pores trop longtemps bouchés
    L'heure inconnue arrive à pas feutrée
    Et s'écoule régulièrement le long de la pensée.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Juillet 2007 à 11:02
    Bonjour Dhimwoe,
    Ah, le choeur a ses couplets que la raison ignore... La dernière strophe est absolument énorme ! Bravo :-)
    2
    Samedi 7 Juillet 2007 à 11:23
    les premiers pas
    de mon retour m'amènent à toi et à tes mots à nuls autres pareils !!!
    3
    Mercredi 11 Juillet 2007 à 18:42
    L'art :
    L'art sévit par besoins et non nécéssité : j'ai retenu cette phrase qui pour moi est très profonde car le besoin de créativité est une pulsion,un besoin souvent indéfinissable bonne soirée
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :