• Forte violence

    En l'absence de filet sur les murs recouverts d 'égratignures aux sulfures d'injures restées bloquées sur un palier, un seul et non des moindres. L'orange perçoit ses douleurs mécaniques décortiquées de ses quelques pépins. Les agrumes au jus vite animé reflètent en ses chants d'automne les derniers résultats connus à ce jours sous la pluie. Coupe mes yeux d'un filet marin et entre les incrustations martelées au front des portes hautes iris fermées. Eclipse les données jetées aux normes irréfutables. L'effigie soulève des monts enneigés aux cieux rouges.

  • Commentaires

    1
    Lundi 10 Avril 2006 à 13:35
    Tes mots s'envolent...
    Et j’explose dans ma tête déracinée de mes pulsions , le rhizome des plis de la non–finitude, afin d’extirper ma colére sauvage en une horde de tempête d’averses cafardes. Merci pour tes mots et tu m'inspires aussi bcp amitiés
    2
    Lundi 10 Avril 2006 à 19:50
    L'effigie ?
    Comme l'étrave d'un bateau ou celle d'une grosse voiture qui, placée à l'avant prend tous les coups à la place du conducteur ? Tu fais des posts sur commande toi aussi... ? Bises Fabrice
    3
    Mardi 11 Avril 2006 à 09:23
    Chris
    L'effigie du bouclier, de la lance... (cf. mythologie : Cérès par exemple, ou Mars aussi).Bises.
    4
    Mardi 11 Avril 2006 à 11:31
    je plaisantais Fab...
    Dis, écris moi quatre lignes sur le bonheur de vivre s'il te plait...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Mardi 25 Avril 2006 à 15:50
    Merci pour ces mots
    L’échiquier est de maître, les pions sont balafrées, les esprits se font tamiser, et dans l’arrière- saison, les fantômes se rencontrent emporter par nos chimères plus vivant que nous même, un train de retard, la vie me rattrapera
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :