• Et Moi

     

    Ta peau me sépare d'une partie de ce toi
    Insuffler à l'ombre des regards si forts
    Revus et corriger par celle appelée mort
    Toute nue arrivée d'un triste détroit

    Où coulait jusqu'à maintenant des espoirs
    De te voir grandir loin de ses souffrances aigües
    Au moment même où tourne l'aiguille des secondes
    Dans l'envers d'un décor fragil devenu dérisoir

    Je traine des mots crus rassemblés morceau par morceau
    En cette saison si brêve où la neige légère fond
    Dans le coeur malade de mes tourments si longs
    Le temps de rêver prend fin sous mon lourd fardeau

    Redeviens des plus légère ou bien meure
    Remets à la pomme son quartier fleuri
    Et croque la vie en pleine rage face aux défis
    De tes idéaux que tu avais enfouis.
     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 6 Décembre 2007 à 10:34
    les mots crus
    plutôt cruels ou à croire ?
    2
    Jeudi 6 Décembre 2007 à 21:54
    les maux cru
    Je laisse libre court à ton interprétation ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :