• De toi à moi


    Les toits des ruines s'effondrent sous le tonnerre
    Encore une heure et je tombe dans l'envers
    De décors en carton peint dans un monde de verre
    Brisé par des incultes que dis-je des pleutres, des hères


    Plus aucune excuse n'amène à pendre ces damnés
    Eteins le son et lache en toute sérénité ce sacré livre
    Pour à l'occasion crier à l'oreille il est temps de revivre
    J'accorde dès lors les pardons du revers de ma main vidée


    Ferme les yeux pour mieux ouvrir ton coeur
    D'un instant à l'autre nos âmes voient l'esquisse d'un baiser
    Dans un champs nocturne de chuchotements une lueur apparaît
    Eclose subrepticement des tensions couronnées de fleurs


    Nos échos se croisent dans ce champs de poussière
    A l'angle des photos règnent des coupures amer
    Ces couleurs ignorées où fondues pour te plaire
    Las de parler je feins dès lors de me taire.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 7 Janvier 2007 à 13:40
    Venir
    et revenir encore te lire, toujours un moment de choix pour moi...
    2
    Bruno
    Dimanche 7 Janvier 2007 à 16:33
    toujours...
    très beau en inspiration de je ne sais ou . Cela m'épate
    3
    Dimanche 7 Janvier 2007 à 21:15
    l'amour
    n'est jamais à taire...bise dhimwoe et bonne semaine
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :