• De mon ressort

     

    Les évènements passent dans ta vie
    Tous se suivent et nous embarquent
    Dans le chemin qui te démarque
    Des ombres anonymes passagères de nuit
     

    Les villes s'effacent au regard des grillages
    Où la rouille s'étale même sous nos mains
    Abréger les souffrances dans un ultime dédain
    Parcourir nos rêves avortés dans cette cage
     

    A force de crier plus personne ne vient
    Ecouter les souffrances nées par chagrin
    Désunis car niés par les démons du matin
    Comme si l'ignorance pouvait cacher les liens
     

    Attaché dès l'aube ils gonflent de rage
    Inconscient du temps ancré de finitude
    Pour lequel l'éclair amène l'inquiétude
    Des silences profonds pour le blanc de la page.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :