• De battre mon coeur



    A force de survivre, je traverse une nouvelle fois le pont des rations, standards, fades et tièdes. Le vent chaud sur la peau tannée, une légère bise dans mes cheveux, les grains de sable des dunes s'envolent j'accélère le pas, je m'enfonce dans ma piste de traces ancestrales. Sur le sable, des dessins énigmatiques disparaissent au passage des vagues. Des écritures, des lignes, des marques sur les galets. Le chemin du temps, des cadeaux des fonds de Poséidon. Le labyrinthe des algues, les places poissonneuses, les fontaines d'écume, les arènes des congres.

    Je devine au loin, d'autres formes, d'autres couleurs, je suis le vent. Un bleu profond dans les bronches me donne la nausée et je vois monter la marée. Mouvement de mes eaux dans l'air, le feu dehors, dedans l'escalade. C‘est peut-être ça entendre les silences, pénétrer les vides, allumer tous ces obscurs. Je vois une femme assise au bout de la jetée, elle me sourit, attend. "Ca n'a pas d'importance, on se doit rien et puis surtout on se promet rien". Sourire. Je prends sa main écaillée, elle ferme les yeux, nos doigts longtemps laissent couler l'eau d'un monde clair et limpide. Dans le matin je rejoins les pinèdes. Elle attend sur le banc de sable, échouée, les yeux bas, son visage est lointain. Je pars avec mon hameçon, les cannes dans le dos.

    Toujours réduit à cela, accepter l'immédiat.

    Je retraverserais le ponton, je regarderais les vagues pour voir ce qu'il y a de rejeté, émerveillé encore par la couleur, tous ces reflets et étonné encore que mon cœur batte si fort.

    Texte©Dhimwoe
    Photo©L.C.



  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Août 2005 à 10:34
    Bientôt on verra la
    photo illustrant ton texte Dhim, si, si, les admins l'ont promis :) Tendresse...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :