• Chemin lu


    Les squelettes nous regardent parfois de travers, alors sourit jusqu'à la fin des temps. Mieux circonscrire les écritures nouvelles tracées à l'encre invisible et mieux sentir ton souffle de feu illuminé ces mots sépia. Des bals dans la tête pour se bourrer le crâne de nouvelles données pour un rendu. Essaie de trouver quelque chose d'aéré, change d'esprit de guerre de terre, de mer. Les éléments se déchaînent en une poignée de seconde. Laisse aller tes pas vers les sommets, le long des pavés. Les autres ne sont pas là ici bas, pas d'enfer, pas de regard, pas d'écoute.

  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Novembre 2005 à 09:17
    ...et pourtant...!!.
    ....un regard....et une bonne lecture....bonne journée à toi..
    2
    Mardi 29 Novembre 2005 à 09:38
    juste toi
    dans le silence du temps, où défile l'insouciance, où défile nos rêves quand nous étions grands, la journée s'achève, laissant à la mort une trêve, un sourire complice elle m'adresse, mon heure est bientôt venue, faites vite et cessez donc ce supplice
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :